Témoignage de Patricia : Corps ami, corps ennemi

trouble alimentaire anorexie mentale, anorexie mentale, anorexie boulimie, psy anorexie, psychiatre anorexie, tca traitement, boulimie.com

J’ai passé la majeure partie de ma jeunesse, de 12 à 28 ans, en lutte contre les troubles alimentaires et l’anorexie mentale. Mon adolescence a été marquée par une difficile acceptation de ma transformation physique et mentale. Pour contrôler ce changement, je me suis réfugiée dans l’anorexie mentale.

Des années durant, ma vie a été dominée par le contrôle strict de mon alimentation. J’étais prisonnière de mes troubles alimentaires, de pensées obsédantes typiques de l’anorexie mentale, comme le rejet total des graisses et des sucres. Grâce à cette lutte, j’ai transformé mon corps. Mais je me sentais encore insatisfaite, malgré un corps squelettique, car je me voyais toujours trop grosse. Mes 34 kg pour 1,64 m semblaient être 34 kg de trop. Cette quête épuisante m’a menée à une profonde dépression et à des pensées suicidaires.

Après une tentative de suicide ratée, j’ai cherché de l’aide auprès d’un thérapeute spécialisé dans les troubles alimentaires. Grâce à une thérapie, j’ai entamé un travail sur moi-même, découvrant les raisons derrière mon comportement. L’adolescente studieuse et la jeune fille disciplinée que j’étais ignorait ses faiblesses. Ma focalisation sur mon apparence extérieure m’évitait de faire face à mes problèmes intérieurs.

J’avais peur de prendre ma place dans ce monde et craignais de devenir adulte. L’absence de caractéristiques féminines me permettait d’éviter l’attention des hommes et la jalousie des femmes. Le modèle de la “mère de famille” me répugnait, et l’absence de menstruations me rassurait. Notre système social me terrifiait, avec ses injustices et sa violence.

En arrêtant le temps, je me sentais soulagée, mais remplie de craintes. Mon rejet du corps, symbole de souffrance et de trahison, m’a éloignée de moi-même. Je luttais contre ce corps, source d’émotivité et de trahison.

Mes troubles alimentaires et mon anorexie mentale étaient devenus mon refuge.

Le travail thérapeutique a été long et difficile. Mais il m’a permis de reconsidérer mon corps, autrefois ennemi à dompter. J’ai appris à accepter mon corps comme un partenaire précieux. Je me suis reconstruite intérieurement, devenant moins préoccupée par mon apparence et découvrant une nouvelle personne en moi : une femme. J’ai appris à voir la féminité autrement, en adoptant un comportement plus féminin. J’ai redéfini ma conception de la sexualité, dépassant la vision du corps comme source de péché ou de perte de contrôle.

Aujourd’hui, mon corps est un partenaire extraordinaire. Il me fait découvrir les merveilles de la vie, comme le toucher, le goût et la sensualité. J’ai réalisé que la vie, c’est le corps ET l’intellect. Sans ces richesses, la vie aurait-elle un sens ?

En me remettant en question, j’ai découvert qu’on ne doit pas choisir entre le corps ou l’intellect. Après tout, quel intérêt a la vie si on s’anesthésie par peur de souffrir, sans espoirs, projets, défis ou relations ?

Articles recommandés

Surmonter la culpabilité alimentaire
Lecture 9 minutes

Surmonter la culpabilité alimentaire liée à la boulimie

La culpabilité alimentaire, ce sentiment oppressant de faute après avoir mangé, peut être un fardeau émotionnel intense. C'est d'autant plus vrai si vous souffrez de boulimie. Cette culpabilité peut s'enraciner…
Lire l’article
Boulimie en couple
Lecture 10 minutes

Boulimie en couple : Gérer l’impact sur la relation

La boulimie n'est pas seulement un combat personnel, elle résonne profondément dans les relations intimes, en particulier dans les dynamiques de couple. Lorsqu'un des partenaires souffre de boulimie, cela peut…
Lire l’article
Femme marchant dans la rue, reconnaitre la grossophobie
Lecture 9 minutes

Comment reconnaître la grossophobie au quotidien ?

Dans une société où la diversité est de plus en plus valorisée, il reste des préjugés tenaces qui persistent. Parmi eux, la grossophobie, une forme de discrimination basée sur le…
Lire l’article