L’obésité : Comprendre et aborder ce défi de santé publique

obésité, tca, surpoids, surcharge pondérale, trouble alimentaire, boulimie.com, psychologue obésité, psychologue tca, psy tca, psy nourriture, psy boulimie, test obésité

Véritable problème de santé publique, en quelques décennies, le surpoids et l’obésité, en France comme ailleurs, ont gagné du terrain. En outre, ils affectent à la fois les hommes et les femmes de tous âges. Ce stockage excessif de gras dans le corps a des conséquences multiples pour la santé.

Dans une société qui fait de la minceur un critère de normalité et de beauté, on assiste à une véritable grossophobie. Ainsi, cette discrimination sociale vient s’ajouter à un mal-être physique et psychologique. Il est crucial de comprendre que l’obésité n’est pas simplement le résultat d’un manque de volonté ou de discipline. Par conséquent, elle est souvent le symptôme d’une série de facteurs sous-jacents. Qu’elle soit liée à une mauvaise hygiène de vie, des antécédents génétiques ou psychologiques, ou encore des troubles du comportement alimentaire, la surcharge pondérale est loin d’être uniquement une question de nutrition. En plus d’un suivi médical, une prise en charge psychologique est recommandée. Elle permet de repérer et de traiter les causes et les conséquences, et s’orienter vers la reconstruction.

1. QU’EST-CE QUE L’OBÉSITÉ ?

L’obésité est un sujet de préoccupation croissante dans le monde de la santé mentale et physique. On perçoit souvent l’obésité comme un problème physique. Pourtant, elle a des ramifications complexes qui s’étendent également à la psychologie et au bien-être émotionnel.

L’obésité et la surcharge pondérale posent aujourd’hui un véritable problème de santé publique. En effet, la surcharge pondérale sévère ou l’obésité constituent un facteur de risque pour le développement de plusieurs maladies chroniques. Cela peut déboucher sur des maladies cardiovasculaires et respiratoires, un diabète de type 2, de l’hypertension et certaines formes de cancer, ou encore la mortalité précoce.

Aussi, l’obésité et la surcharge pondérale sont aujourd’hui considérées au titre d’épidémies. Heureusement, changer de style de vie peut prévenir le pire.

a. Définition de l’obésité

L’obésité est une condition médicale complexe qui se manifeste par un excès significatif de graisse corporelle. Cela, au point de compromettre le bien-être général et la santé de l’individu. Par conséquent, cette accumulation excessive de graisse peut entraîner une multitude de problèmes de santé. Ces problèmes peuvent aller des maladies cardiaques au diabète, en passant par des troubles musculo-squelettiques comme l’arthrose.

L’indice de masse corporelle (IMC) est l’outil de mesure le plus couramment utilisé pour évaluer l’obésité. On calcule l’IMC en divisant le poids en kilogrammes par la taille en mètres carrés. Généralement, on considère qu’un IMC de 30 ou plus indique l’obésité. On classe l’obésité selon différents degrés :

  • modérée (entre 30-35)
  • sévère (entre 35-40)
  • morbide (au-delà de 40)

Cependant, il est important de noter que l’IMC n’est pas le seul indicateur de l’état de santé d’une personne. En effet, d’autres mesures, telles que le tour de taille, le rapport taille-hanches, et la distribution globale de la graisse corporelle, complètent l’évaluation de l’obésité. Certains professionnels de la santé utilisent également des analyses plus sophistiquées, comme la densitométrie corporelle, pour évaluer la composition corporelle d’un individu.

b. Statistiques et prévalence

L’obésité est une épidémie mondiale qui touche des millions de personnes de tous âges et de tous milieux sociaux. Selon l’Organisation mondiale de la santé (OMS), environ 13% de la population mondiale adulte était obèse en 2016. Ce chiffre est en augmentation constante, en particulier dans les pays développés. Aux États-Unis, par exemple, près de 40% des adultes sont considérés comme obèses, selon les Centres pour le contrôle et la prévention des maladies (CDC).

Selon une étude de Santé publique France, environ 17% des adultes en France étaient obèses en 2020, et ce chiffre est en augmentation constante. Cette hausse est particulièrement notable chez les jeunes, avec environ 10% des enfants et adolescents français étant considérés comme obèses.

c. Différence entre obésité et surpoids

Les termes “obésité” et “surpoids” sont souvent utilisés de manière interchangeable, ce ne sont pourtant pas des synonymes. Le surpoids fait référence à un excès de poids corporel qui peut provenir de la graisse, des muscles, des os ou de l’eau, tandis que l’obésité fait spécifiquement référence à un excès de graisse corporelle.

Alors que le surpoids est généralement défini comme ayant un IMC entre 25 et 29,9, l’obésité commence à un IMC de 30. Il est important de noter que l’IMC n’est pas un indicateur parfait de la santé globale, car il ne tient pas compte de la distribution de la graisse corporelle ou de la masse musculaire.

2. QUELLES SONT LES CAUSES DE L’OBÉSITÉ ?

La malnutrition et la sédentarité sont les premières causes de l’obésité montrées du doigt. En effet, l’abondance de nourriture, l’alimentation industrielle, les aliments riches et énergétiques, des prix abordables… Dans notre société de consommation, nos habitudes alimentaires facilitent aujourd’hui l’excès d’apport calorique et la malbouffe.

D’autre part, nos modes de vie (déplacements motorisés, loisirs, position assise durant des heures au travail, etc.) engendrent une activité physique moindre et des dépenses énergétiques insuffisantes.


Lire le témoignage d’Alice

Sur Boulimie.com

Des facteurs génétiques sont aussi impliqués. Les scientifiques de l’INSERM et du CNRS ont ainsi mis en évidence la responsabilité de certains gènes dans la prise de poids et les problèmes d’obésité. Des données qui confirment une prédisposition à la surcharge pondérale plus forte lorsque des membres de la famille sont obèses.

Pour finir, des facteurs psychologiques et environnementaux jouent aussi un rôle dans ces maladies de la nutrition.

a. Les facteurs biologiques de l’obésité

L’obésité est souvent perçue comme le résultat d’un manque de volonté ou de discipline. Cette simplification ignore les nombreux facteurs biologiques qui peuvent contribuer à cette condition complexe.

Voici quelques-uns des principaux facteurs biologiques qui jouent un rôle dans le développement de l’obésité :

  • Génétique : La génétique joue un rôle significatif dans la régulation du poids corporel. Aussi, des études ont montré que la prédisposition à l’obésité peut être héritée. Si l’un ou les deux parents sont obèses, le risque pour leur enfant d’être obèse est considérablement augmenté.
  • Métabolisme : Le métabolisme basal, ou la quantité d’énergie (calories) que le corps utilise au repos, varie d’une personne à l’autre. Un métabolisme plus lent peut rendre la perte de poids plus difficile et contribuer à l’accumulation de graisse corporelle.
  • Hormones : Des déséquilibres hormonaux peuvent également contribuer à l’obésité. Par exemple, des niveaux élevés d’insuline, une hormone qui régule le taux de sucre dans le sang, peuvent favoriser le stockage des graisses. De plus, un déséquilibre des hormones comme la leptine et la ghréline, qui régulent respectivement la satiété et la faim, peuvent apparaître chez les personnes obèses.
  • Facteurs Épigénétiques : L’épigénétique, ou les changements dans l’expression des gènes qui ne sont pas causés par des modifications de l’ADN lui-même, peut également jouer un rôle. Des facteurs environnementaux tels que l’exposition à certaines substances chimiques ou une alimentation inadéquate pendant la grossesse peuvent entraîner des changements épigénétiques qui augmentent le risque d’obésité plus tard dans la vie.
  • Comorbidités : Des conditions médicales telles que le syndrome des ovaires polykystiques (SOPK), le syndrome métabolique et certaines affections endocriniennes peuvent également contribuer à l’obésité. Ces conditions peuvent affecter la manière dont le corps stocke la graisse et régule le poids.

L’obésité est une condition multifactorielle qui ne peut pas être attribuée à un seul élément. Une meilleure compréhension des facteurs biologiques peut aider à démystifier l’obésité et à orienter des approches de traitement plus efficaces.

b. Les facteurs psychologiques de l’obésité

L’obésité résulte non seulement de facteurs biologiques, mais toute une gamme de facteurs psychologiques influent également. Ces derniers peuvent affecter les comportements alimentaires, l’estime de soi, ainsi que le stress et la santé mentale. Voici une exploration de ces dimensions psychologiques :

  • Comportements alimentaires : Les facteurs psychologiques tels que l’éducation, les croyances culturelles et les expériences personnelles façonnent nos habitudes alimentaires. Par exemple, certaines personnes peuvent utiliser la nourriture comme mécanisme d’adaptation pour gérer des émotions négatives, ce qui peut conduire à une suralimentation. De plus, des troubles du comportement alimentaire compulsifs peuvent être liés à des problèmes psychologiques et contribuer à l’obésité.
  • Estime de soi : Un faible niveau d’estime de soi peut souvent être à la fois une cause et une conséquence de l’obésité. Les personnes qui ont une faible estime de soi peuvent être moins enclines à prendre soin de leur santé physique, ce qui peut entraîner une prise de poids. Inversement, l’obésité peut également affecter l’estime de soi, créant un cercle vicieux difficile à briser.
  • Stress et santé mentale : Le stress chronique et d’autres problèmes de santé mentale comme la dépression et l’anxiété peuvent avoir un impact significatif sur le poids corporel. Le stress peut déclencher la libération de l’hormone cortisol, qui favorise le stockage des graisses, en particulier autour de l’abdomen. De plus, des niveaux élevés de stress peuvent conduire à des comportements alimentaires malsains, comme la consommation excessive d’aliments riches en sucre et en graisses.

Les facteurs psychologiques jouent un rôle crucial dans le développement et la gestion de l’obésité. Une approche holistique du traitement de l’obésité devrait donc inclure l’intervention d’un psychothérapie spécialisé, en plus des stratégies axées sur la diététique et l’exercice physique.

c. Les facteurs socio-économiques de l’obésité

Les facteurs socio-économiques sont à prendre en compte pour comprendre le problème complexe qu’est l’obésité. En effet, ces éléments peuvent influencer l’accès à une alimentation saine, le niveau d’éducation, ainsi que l’environnement familial et social. Voici une analyse plus approfondie de ces facteurs :

  • Accès à une alimentation saine : L’accès à une alimentation saine est souvent limité dans les zones à faible revenu, où les magasins d’alimentation peuvent être rares ou coûteux. De plus, les aliments transformés et riches en sucre ou en graisses sont généralement plus abordables et plus accessibles que les options plus saines. Cette inégalité dans l’accès à une alimentation nutritive peut contribuer à des taux plus élevés d’obésité dans les populations défavorisées.
  • Niveau d’éducation : Le niveau d’éducation est un autre facteur socio-économique qui peut influencer le risque d’obésité. Les personnes ayant un niveau d’éducation plus élevé sont généralement mieux informées sur les pratiques alimentaires saines et les avantages de l’exercice physique. Elles sont également plus susceptibles d’avoir accès à des ressources qui favorisent un mode de vie sain, comme des gymnases ou des programmes de bien-être.
  • Environnement familial et social : L’environnement familial et social peut avoir un impact significatif sur les comportements alimentaires et les niveaux d’activité physique. Par exemple, les normes culturelles et les attentes familiales peuvent influencer les choix alimentaires et les attitudes envers l’exercice. De plus, le manque de soutien social ou familial peut contribuer à des habitudes de vie malsaines, comme la sédentarité ou la suralimentation.

Les facteurs socio-économiques jouent un rôle non négligeable dans la prévalence et la gestion de l’obésité. Pour aborder efficacement ce problème de santé publique, il est crucial de considérer ces éléments dans toute stratégie de prévention et de traitement.

3. QUELLES SONT LES CONSÉQUENCES DE L’OBÉSITÉ ?

L’obésité est un enjeu de santé publique qui dépasse largement les questions d’apparence physique. Ses conséquences s’étendent à divers aspects de la santé, affectant à la fois le bien-être physique et mental des individus. Comprendre ces conséquences est essentiel pour saisir l’urgence de traiter ce problème de manière globale et multidisciplinaire.

a. Sur la santé physique

L’obésité a des répercussions graves sur la santé physique. Les conséquences physiques de l’obésité sont multiples et peuvent affecter presque tous les systèmes de l’organisme. Voici une liste non exhaustive des conséquences physiques les plus courantes :

  • maladies cardio-vasculaires (AVC, troubles cardiaques…)
  • hypertension artérielle
  • cholestérol trop élevé
  • diabète
  • cancers
  • troubles respiratoires
  • reflux gastro-œsophagien
  • problèmes articulaires et osseux
  • incontinence
  • apnées du sommeil
  • trouble de la fertilité

Ces conséquences physiques de l’obésité peuvent avoir un impact significatif sur la qualité de vie. Il est donc crucial de prendre des mesures pour gérer l’obésité de manière efficace, en adoptant un mode de vie plus sain et, si nécessaire, en cherchant une intervention médicale.

b. Sur la santé mentale

L’obésité n’affecte pas seulement le corps, elle a également un impact significatif sur la santé mentale. Notamment, la stigmatisation sociale à l’égard des personnes obèses peut entraîner une série de problèmes psychologiques. Voici quelques-uns des effets les plus courants de l’obésité sur la santé mentale :

  • fragilisation de l’estime de soi
  • stigmatisation et discrimination
  • anxiété et dépression
  • stress
  • isolement social

Il est crucial de noter que ces problèmes de santé mentale ne sont pas une fatalité. En outre, on peut les traiter avec un soutien psychologique approprié, souvent en parallèle avec un traitement pour l’obésité elle-même. Le bien-être mental est un aspect essentiel de la santé globale. Par conséquent, il est important de l’aborder dans le cadre d’un plan de traitement complet pour l’obésité.

4. COMMENT SOIGNER L’OBÉSITÉ ?

Pour traiter l’obésité, on recommande une prise en charge pluridisciplinaire. Pour que le patient y adhère, cette approche globale doit prendre en compte ses pathologies physiques et psychologiques, ainsi que sa personnalité, son histoire et ses habitudes de vie.

Un suivi médical est nécessaire pour traiter et prévenir les nombreuses complications physiologiques. En outre, dans les cas d’obésité morbide, on peut envisager un traitement chirurgical.

Une perte de poids et une activité physique régulière sont incontournables pour rétablir un bon métabolisme et sortir des maladies de la nutrition. Cela implique des changements d’habitudes qui demandent un effort soutenu tant physiquement que moralement.

Pour soutenir la personne en surcharge pondérale dans cette démarche et conserver sa motivation à maigrir, on conseille un accompagnement psychologique.

Un suivi thérapeutique devient fondamental si une mésestime de soi et des épisodes dépressifs sont associés. Ce travail sur soi permet par ailleurs d’identifier, de comprendre et de gérer les éventuelles souffrances psychiques à l’origine de cette prise de poids.


Si vous faites face à un trouble du comportement alimentaire, n’hésitez pas à consulter un psychologue !

Si vous ressentez le besoin d’être accompagné, n’hésitez pas à consulter. Notre équipe de thérapeutes, experts en troubles du comportement alimentaire, est là pour vous aider. Des consultations en cabinet ou à distance sont disponibles, que vous soyez en France ou à l’étranger.

POUR ALLER PLUS LOIN

Articles recommandés

boulimie et traumatisme
Lecture 11 minutes

Boulimie et traumatisme : Surmonter le passé pour sortir des TCA

Dans la quête d'une compréhension plus profonde des troubles du comportement alimentaire, le lien entre la boulimie et les expériences traumatisantes passées suscite un intérêt croissant. Beaucoup se demandent :…
Lire l’article
Femme enchaînée, hyperphagie traitement
Lecture 10 minutes

Hyperphagie – Traitement et conseils pratiques

Dans notre société moderne, l'hyperphagie est un trouble alimentaire de plus en plus reconnu et discuté. Malgré cela, il est bien souvent masqué par la honte et l'incompréhension. Caractérisé par…
Lire l’article
réseaux sociaux et troubles alimentaires, blog tca
Lecture 14 minutes

Réseaux sociaux et troubles alimentaires : Comment gérer les déclencheurs numériques chez les jeunes ?

Dans un monde de plus en plus connecté, les réseaux sociaux ont pris une place prépondérante dans nos vies. C'est d'autant plus vrai chez les jeunes générations. Ces plateformes, bien…
Lire l’article